10 secrets pour qu’un Top80 tourne rond(avec un carburateur Walbro WG8).

 
 

Dans ce billet je vous propose « ma » recette issue à la fois des forums que je fréquente depuis 2004, des expériences partagées pas d'autres oiseaux de toutes plumes, et mon expérience personnelle.

De plus, si comme moi, vous ne trouvez pas normal de devoir nettoyer le carburateur toutes les 30 heures environs sous peine de panne, voir d'une baisse de rendement dans le meilleur des cas, l'ensemble de ces points permet de régler le problème !

1. Une avance d'allumage bien réglé, dans les normes.

2. Un moteur sans fuite d'air.

3. Un circuit électrique en bon état (bobine, capuchon de bougie, câble HT).

4. Un carburateur propre, en bon état et bien réglé.
Comment savoir s'il est propre ? Ce n'est pas toujours évident en effet, on le sait bien évidemment quand le moteur prend normalement ses tours et donc tant qu'il n'y a pas de problèmes… Cela sous entend qu'il est plus simple d'être dans le préventif. En effet, il y a des micro canaux à l'intérieur, comme on peut le voir sur cette vidéo :

Si certains de ces canaux sont encrassés, même un nettoyage aux ultra sons n'en viendra pas forcément à bout.
Auquel cas il sera préférable de le remplacer plutôt que de s'acharner, si préalablement un nettoyage, réglage et remplacement du kit membrane s'avère insuffisant.

Certains des points suivants permettront justement d'éviter au maximum le risque d'encrassement.

5. Comme carburant il faut choisir de préférence le SP98 car c'est celui qui contient le moins d'éthanol, ennemi de nos moteurs, il est également moins détonnant (moins sujet à l'auto-inflammation).

6. Une bonne huile « semi-synthèse », mon choix personnel étant la Yacco MVX 500.
Pourquoi pas de 100% synthèse ? Ce n'est pas pour une question de coût, mais tout simplement parce que nous sommes plusieurs à avoir constaté que la 100% provoque sur ce moteur, des effets indésirables d'encrassements et de gommage plus ou moins prononcés selon les marques d'huiles.

Si vous essuyez un espèce de caramel noir/brun sur votre hélice, celui-ci provient évidemment d'un défaut d'étanchéité, mais remettez aussi en question la nature de cette substance et imaginez ce qui se passe au niveau du silencieux. En effet le colmatage qui peut s'y produire progressivement, est parfois responsable d'une surchauffe moteur. A vérifier par ceux qui fondent les pistons souvent prématurément. (dessus de pistons enfoncés, voir troués).

L'excès de calamine qui provient souvent d'une mauvaise huile ou d'une mauvaise combustion, peut également être responsable de ce phénomène. En effet une couche de calamine réduira d'autant le squish (soit l'espace entre le piston en position haute et la culasse), ce qui aura pour effet d'augmenter la compression, dont l'excès mène à l'auto-inflammation.

7. Un mélange entre 1,5 % (mon choix personnel depuis longtemps) et 1,8 % selon la façon dont vous sollicitez votre moteur.

filtre_walbro8. Suppression du filtre Walbro.

Pourquoi supprimer un filtre que le fabricant à jugé bon de mettre en place ? Tout d'abord parce que si on laisse ce filtre, il va se colmater régulièrement, par un phénomène de cristallisation qui provient à la fois de sa petite surface, du flux conséquent et des additifs que les pétroliers ajoutent dans l'essence.

Par ailleurs le Walbro WG8 est un carburateur « générique » monté sur un grand nombre de moteurs divers, et donc au moment de sa conception, Walbro n'avait pas d'idée précise du contexte dans lequel il sera implanté plus tard. Cela étant dit, pour compenser la perte de ce filtre, nous en avons trois autres :

– Le filtre papier ou équivalent déjà présent en amont du carburateur, veillez à ce qu'il soit en bon état.
– D'ajouter si elle n'existe pas (notamment sur les anciens modèles) une crépine d'aspiration de type porex.
– D'utiliser un entonnoir équipé d'un filtre fin, lorsque vous faites le plein.

Voilà qui nous fait trois étages de filtration, qui avec le point (9) suivant, permettront de se passer du filtre Walbro.

9. Des additifs relativement efficaces (et peu onéreux)  : le C99 Essence de Mecarun.
Avec des avantages comme : la diminution de l’encrassement, une meilleure combustion, une stabilité accrue du mélange, soit un mélange qui dure plus longtemps, utile en cas d'inactivité.
A cela, j'ajoute également leur P18. Si je ne suis pas certain de l'utilité de ce dernier au niveau piston / segment / cylindre, il devrait en revanche, être bénéfique pour les roulements.
Et tant que nous y sommes, on mettra également du P18 dans l'huile du réducteur.

10. Une bougie iridium de type NGK BR9ES ou équivalent : le moteur sera plus régulier à bas et moyen régime et la combustion sera meilleure dans ces phases qui sont les plus sensibles. Par conséquent, les résidus imbrûlés seront moindre. Tout bénéf !

Voilà donc ma recette, pour un moteur qui par conséquent s’avère très agréable, silencieux, générant peu de vibrations, régulier et plutôt fiable. Je remercie tous ceux qui y ont contribué.

 

Comments are disabled